Le site du domaine de la Peupleraie

Des informations pour tous

(1)Histoire du domaine

Le Domaine de la Peupleraie
800 logements, conçus après guerre par les architectes Marcel Roux et Charles Thomas, ont été en partie construits par des pionniers-bâtisseurs les  « Castors », pour une vie sociale forte.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, en plein baby boom, la France connaît une crise du logement d’une ampleur considérable. Elle touche 1 français sur 2. Plus de 50% des appartements parisiens n’ont pas de confort (ni eau courante, ni WC), un jeune couple sur trois vit soit à l’hôtel soit chez ses parents.

Pourtant de nombreuses mesures sont prises pour aider les communes et les particuliers à bâtir, et beaucoup de programmes d’Habitations à Loyer Modéré (HLM) voient le jour aux périphéries des grandes villes. Malgré cela, le nombre de logements reste insuffisant au vu des besoins de la population. Devant l’urgence de la situation, des hommes et des femmes envisagent de construire eux-mêmes leurs habitations et de se regrouper en associations de « Castors ».

A Fresnes, l’Association Locale des Castors (ALCF) est crée en 1955 pour la construction de 800 logements. C’est alors une commune rurale de moins de 5000 habitants. Les terrains sur lesquels sera édifié le Domaine de la Peupleraie appartenaient à quatre propriétaires différents qui les avaient acquis à la Révolution lors de la confiscation des biens de l’Abbaye de Saint Germain-des-Près. C’est ainsi que la Peupleraie sera construite à l’emplacement des anciennes prairies marécageuses de la Seigneurie de Berny sur une superficie de plus de 12 hectares.

La Bièvre était alors apparente et traversait le domaine. On l’a ensuite canalisée puis elle est devenue souterraine. Le plan masse était doté d’un groupe scolaire, d’un centre commercial, de nombreux parkings et box pour les voitures, de terrains de jeux et de grands espaces verts. Le projet jouxtait le marché municipal et le RER.
La construction des immeubles répondait avant tout aux grands principes de logement des années 50 : lignes simples, orientation ensoleillée, construction économique, confort et espaces verts. Elle a démarré en 1956 pour s’achever en 1959.

Deux architectes ont élaboré l’ensemble du projet, se partageant respectivement la partie Ouest et Est du domaine. Marcel Roux, très influencé par les théories de Le Corbusier sur l’habitat collectif et Charles Thomas élève de Lurçat (groupe scolaire Karl Marx à Villejuif) et père des premiers pavillons Castors de Fresnes. Il deviendra « l’architecte de Fresnes » avec la conception entre autres du Clos-la-Garenne, où il a travaillé sur l’empilement de cubes décalés d’un demi-niveau. Charles Thomas s’est en effet inspiré des immeubles-villas de Le Corbusier et de son système de dominos en reprenant à la Peupleraie des modules qu’il travaille en duplex soit montant avec mezzanine, soit descendant. Les appartements de trois, quatre ou cinq pièces principales sont donc tous en duplex et ce jeu de double niveau leur donne un volume intéressant avec la galerie d’accès aux chambres qui forme balcon sur le séjour.

Tous les appartements ont vue sur les jardins et sont tous très ensoleillés avec la double orientation est-ouest. Ils sont dotés de tout le confort (ascenseurs, vide-ordures, salle d’eau, chauffage central, buanderie et volumes de rangement importants). Le regroupement des chambres à coucher réduit ainsi les transmissions de bruit et ponctue la façade travaillée en étages chambres ou séjours ou coursives. La présence de coursives et de halls spacieux accentue la volonté d’une vie sociale forte. Les espaces extérieurs sont de grande qualité. Ainsi donc ces appartements d’une conception
exceptionnelle dans un parc aux perspectives variées donnent à l’ensemble un caractère luxueux et calme, inhabituel pour les réalisations de cette catégorie.

© CAUE 94 avec l’aide de l’écomusée de Fresnes et de l’Association Syndicale du Domaine de la Peupleraie

Un Commentaire

  1. merci pour cet historique; mon père a été l’un de ces castors pendant 3 ans pour pouvoir acheter un F3 au 60 bld pasteur, galerie verte de mémoire ! ces couleurs existent elles toujours ? j’y ai vécu de 1959 à 1970, et il y avait une très bonne ambiance entre voisins, et gamins !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.